Iles de l’Océan Indien et Pays d’Afrique de l’Est coopèrent pour renforcer la transparence et la participation dans la pêche

Pendant deux jours, plus de 30 représentants de l’industrie de la pêche, de la société civile, de gouvernements et d’administrations de pêche des Seychelles, de Maurice, des Comores, de Madagascar, de la Tanzanie, du Kenya et du Mozambique ainsi que d’autres acteurs internationaux se sont retrouvés à Mahé aux Seychelles pour discuter de la Fisheries Transparency Initiative (FiTI).

Cet atelier multipartite était co-organisé par le Centre Africain des Ressources Naturelles de la Banque Africaine de Développement (BAD), le gouvernement des Seychelles, la Commission de l’Océan Indien (COI) et le Secrétariat International de la FiTI. Mené à bien à l’aide d’un financement de la BAD, cet atelier était coordonné sur place par l’agence nationale de pêche des Seychelles (Seychelles Fishing Authority – SFA).

L’atelier s’est concentré sur les trois objectifs suivants:

  • Renforcer la compréhension de la FiTI par les administrations de pêche et par d’autres acteurs clés de la région (en particuluer en ce qui concerne le Standard de la FiTI) et discuter de son applicabilité ainsi que de sa valeur ajoutée pour les pays de l’Océan Indien Occidental;
  • Discuter des avantages de la FiTI, des défis pratiques lors de sa mise en oeuvre ainsi que des opportunités de synergies de l’initiative avec d’autres efforts existants dans la région de l’Océan Indien Occidental;
  • Accroître l’intéret de la COI, des Iles de l’Océan Indien et des pays d’Afrique de l’Est à participer à la FiTI et à appliquer le Standard de la FiTI.

Une partie de l’atelier a également été dédié à des discussions concernant le statut actuel des Seychelles dans réalisation des étapes d’adhésion à la FiTI, que le Standard de la FiTI requiert chaque pays de compléter pour pouvoir obtenir le statut de Candidat à la FiTI.

Group picture regional workshop

Media coverage: